ACCUEIL / HOME

 


TERRES DES HOMMES (2014).

The past is never dead. It's not even past.
William Faulkner.


En septembre 1915 l'état-major Français décidait de lancer l'offensive sur ces terres de Champagne où les Allemands avaient solidement pris position. Une lutte peu connue de douze jours s'ouvrait alors et son triste bilan tient autant aux échecs d'artillerie successifs qu'aux milliers de pertes humaines, vite éclipsées par l'horreur de Verdun. C'est sur ces terres, entre Souain et Massiges, qu'Apollinaire a laissé quelques vers fulgurants, Cendrars sa main et mon grand-oncle la vie, comme tant d'autres tombés "pour la France".

Cent ans plus tard que reste-t-il de mémoire sur ces terres que les remembrements agricoles ont profondément transformées ? Comment parler de la Guerre en questionnant le paysage qui par définition reste muet ? Comme interroger cette force de rémanence du passé et de l'histoire enfouie dans le présent d'aujourd'hui ? Seuls des mots et des bribes de paroles pouvaient alors donner à comprendre la notion du souvenir en ces lieux. Notamment grace à ceux qui pouvent encore évoquer la mémoire et son empreinte dans le paysage local.

Terres des hommes est le fruit de ces rencontres et des voyages sur place, jusqu'au coeur de la zone rouge...

Série sélectionnée en finale de la Bourse du Talent Paysage #60 avec photogaphie.com

Voir le film associé ici (vimeo)



 





Voir la série complète ici (in l'Oeil de la Photographie).
   
 

     
tous droits réservés © Jean Noviel